Tout Henri Matisse en une oeuvre

Tout Henri Matisse en une oeuvre

La chapelle de Vence, chef-d’œuvre de Matisse

Au Salon d’automne de 1905, Henri Matisse expose le fameux portrait de son épouse, Femme au chapeau. Ce tableau fait sensation avec ses couleurs vives et libres : le visage est vert avec des touches de jaune, bleu et rouge ! Il est exposé dans la salle VII aux côtés d’André Derain, Marc Chagall et Georges Braque : le fauvisme est né.

Mais l’œuvre de Matisse ne se laisse pas enfermer dans ce seul courant artistique. Il collabore avec Picasso et Bonnard dans la revue Verve, expose aux côtés de Gauguin et Cézanne... Il pratique aussi d’autres arts : le peintre a une formation de dessinateur de textile, il s’inspire de Rodin pour sa sculpture et pratique la gravure sur bois. Ses inspirations et son travail sont donc très variés. Ce sont néanmoins ses peintures qui restent gravées dans l’esprit de tous : La Danse, la série Nu bleu

Une de ses œuvres les plus abouties est une petite chapelle du sud de la France. Impossible pour un non-croyant ? Impossible n’est pas Matisse, la preuve en images.

Henri Matisse, Chapelle de Vence
Henri Matisse, chœur de la chapelle de Vence avec le vitrail L’Arbre de Vie et la céramique de saint Dominique. Vence, chapelle du Rosaire

Une œuvre d’art totale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le peintre se réfugie à Vence, près de Nice. De 1947 à 1951, il y travaille au décor de la toute petite chapelle Notre-Dame-du-Rosaire. Bien que Matisse soit très âgé, c’est sa première commande architecturale, et sa première commande religieuse. Mais il jette ses dernières forces dans ce projet, qu’il élabore de A à Z.

Il ne se contente pas de peindre ou de sculpter, mais gère tout : l’organisation de l’espace, les peintures décoratives, les vitraux, le mobilier, et même les tenues portées durant la messe ! Il consulte les religieux et se documente énormément. C’est pour lui une création artistique totale : chaque détail doit s’harmoniser avec l’ensemble. L’œuvre d’art n’est plus uniquement une peinture, ou un vitrail, mais la chapelle tout entière. Quel chantier pour un vieil homme.

Tout Henri Matisse entre quatre murs

Au cours de sa carrière, Matisse abandonne petit à petit la représentation classique. Les formes finissent par être schématisées. Et souvent, il les remplit de la même couleur que celle qu’il utilise pour les murs ou le sol, comme dans L’Atelier rouge. Il aime rapprocher ainsi différents éléments, pour nous plonger dans des ambiances particulières. À Vence, le peintre va encore plus loin. On quitte la surface plane des tableaux pour entrer dans la troisième dimension !

Chaque élément du décor communique avec l’ensemble. Les vitraux et les chasubles sont ornés de motifs végétaux similaires et de mêmes couleurs. Sur les différents panneaux de céramique, on voit saint Dominique, la Vierge à l’Enfant et le chemin de croix, chacun peint de la même façon, avec un simple trait noir. Tout se répond et tout s’harmonise. En plus, tous ces décors s’inspirent des gouaches découpées de l’artiste. La chapelle s’accorde ainsi avec le reste de son œuvre.

Un peintre très spirituel

Même si Matisse n’est pas croyant, il veut une chapelle qui incite au recueillement. Pour y parvenir, il va se servir de ce style sur lequel il a travaillé tout au long de sa carrière : il simplifie les éléments au maximum, oublie les détails et se concentre surtout sur les lignes et les couleurs.

Prenez les vitraux : ornés de motifs végétaux, ils n’utilisent que trois couleurs, le jaune, le vert et le bleu. Ce sont des couleurs simples, mais très expressives, parce qu’elles contrastent avec la clarté des panneaux de céramique. Ceux-ci sont d’une blancheur immaculée, et les figures qui les ornent sont exécutées d’un simple trait noir, pour toujours plus de sobriété.

Ces lignes simples et ces grands aplats de couleur sont caractéristiques du style de Henri Matisse. Ils créent une sérénité, idéale pour la prière. Épure, couleur, émotion : c’est bien là la synthèse de toute son œuvre !

Émilie Martin-Neute


Vous souhaitez en savoir plus sur Matisse ? 
Découvrez notre revue dédiée !