10 œuvres de Land Art pour tout savoir sur ce mouvement

LX.ONE, Empreinte de sable, 2017. Plage de Bidart

Il n’y a pas qu’au musée que l’on peut voir de l’art ! Allez, on enfile les manteaux, les chaussures et on part en balade, à la chasse au œuvres de Land art ! Mais au fait, quel est ce mouvement qui, depuis les années 1970, rassemble des artistes qui créent à l’air libre ? Leur démarche : réaliser des œuvres extérieures, parfois spectaculaires, soumises aux aléas de la nature et révélant la beauté d’une Terre de plus en plus menacée. On vous emmène dans ce musée à ciel ouvert à travers le monde entier, pour découvrir le Land art et ses artistes majeurs…

Petite histoire du Land art

Le Land art, un joli nom qui laisse rêveur… Voici un petit tour d’horizon pour tout savoir sur ce mouvement pas comme les autres.

Où et quand commence le Land art ? 

Le Land art est un courant artistique qui a vu le jour dans les grands espaces des États-Unis et de la Grande-Bretagne, à la fin des années 1960. Profondément opposés au système marchand de l’art, les artistes du Land art veulent rompre avec le monde des galeries et des musées. Pour eux, l’art doit être accessible et ouvert à tous, là, en pleine nature. Ils vont ainsi créer hors des espaces d’expositions cloisonnés.

Contrairement à d’autres mouvements artistiques (comme le surréalisme ou le cubisme), ce n’est pas un courant constitué. Le Land art est une tendance de l’art contemporain dans laquelle chaque artiste se fraye un chemin entre plusieurs pratiques tout en gardant une idée commune : la communion avec la nature.

Ces pionniers du mouvement cherchent alors de nouvelles façons de s’exprimer en utilisant les matériaux extérieurs que la nature offre : la terre, les rochers, l’eau et autres éléments… Il sont à la recherche d’une connexion plus profonde avec la nature et les paysages.

Autre révolution artistique avec ce mouvement : les artistes créent des œuvres bien souvent éphémères, qui évoluent avec le temps et les aléas de la nature.

Land Art. Jim Denevan, Sans titre, 2010. Lac Baïkal
Jim Denevan, Sans titre, 2010. Lac Baïkal

La nature comme œuvre d’art 

En choisissant des endroits souvent isolés et remarquables, les artistes utilisent exclusivement les éléments de la nature, et transforment des paysages naturels en galeries d’art à ciel ouvert.

Les œuvres de Land art sont souvent conçues en rapport avec le site où elles sont installées (on dit que ce sont des œuvres in situ), et pour interagir avec les saisons et les conditions météorologiques. Pour les artistes, c’est avoir pleine conscience que son œuvre n’est jamais figée, mais plutôt en constante mutation. La croissance des plantes, les changements climatiques, l’érosion et même les catastrophes naturelles, contribuent à la transformation progressive de ces œuvres éphémères.

Ce statut provisoire des œuvres confère au Land art une dimension temporelle unique ! Les spectateurs sont invités à apprécier non seulement l’œuvre dans son état actuel, mais aussi à suivre son évolution au fil du temps. Quant aux artistes, ils acceptent l’idée que leurs créations peuvent disparaître, se déformer, ou se fondre dans le paysage au fil des saisons. Mais ils sont obligés de les photographier, afin de les faire perdurer et d’en garder une trace. Certains musées ou galeries conservent et exposent ces vidéos, photographies et parfois croquis réalisés par les artistes.

10 œuvres de Land art à découvrir

Le land art nous fait voyager dans des lieux souvent incroyables. Des montagnes enneigées au désert, en passant par le fond des océans, en route pour une grande bouffée d’art frais à travers 10 œuvres emblématiques de ce mouvement réalisées par des artistes du monde entier.

The Lightning Field, Walter de Maria (1977)

Au cœur du désert du Nouveau-Mexique, The Lightning Field est une œuvre de Land art qui se compose de 400 poteaux d’acier, formant une structure géométrique qui interagit de manière fascinante avec la lumière, les éléments naturels, en particulier avec la foudre lors des orages ! Six mois par an, le site est accessible à la visite sur réservation, et pour six personnes à la fois maximum.

Walter de Maria, The Lightning Field, 1977
Walter de Maria, The Lightning Field, 1977. Désert du Nouveau-Mexique

White Rock Line, Richard Long (1967)

Cette œuvre de Land art est un peu particulière, puisqu’elle a été créée directement pour le CAPC, musée d’Art contemporain de Bordeaux, où elle se trouve toujours. À la demande du musée, Richard Long a réalisé cet immense rectangle composé de pierres calcaires prélevées dans la nature, qui rappelle les nombreuses créations similaires qu’il a façonnées en plein air, dans le monde entier.

Spiral Jetty, Robert Smithson (1970)

Nichée sur les rives du Grand Lac Salé dans l’Utah, Spiral Jetty est une spirale composée de rochers et de terre. Sa forme évolue en fonction du niveau de l’eau du lac, au fil des décennies, tantôt visible, tantôt submergée. Alors qu’elle était d’abord composée de roche basaltique noire sur une eau rougeâtre, Spiral Jetty est désormais blanche sur fond rose, du fait des incrustations de sel et du niveau inférieur du lac.

Empreinte de sable, 14 km, 5 heures, LX.ONE (2017)

LX.ONE, c’est le nom intrigant d’une figure française du Land art, qui préfère rester anonyme. Dans la région de Biarritz, il créé des œuvres éphémères tracées sur le sable, un matériau naturel volatile, fragile et surtout au bord de l’eau. Le résultat est si précis et symétrique que l’on pourrait croire au travail d’une machine, mais LX.ONE œuvre bien avec un simple râteau ! Des griffures parallèles, dont on ne prend la mesure qu’en les voyant d’en haut, tant elles sont immenses. La mer les efface, au fur et à mesure qu’elle monte.

LX.ONE, Empreinte de sable, 2017. Plage de Bidart
LX.ONE, Empreinte de sable, 2017. Plage de Bidart

Double Negative, Michael Heizer (1969-1970)

Située dans le désert du Nevada, Double Negative est une œuvre à connaître absolument ! C’est l’une des premières et des plus célèbres créations de Land art. Cette œuvre monumentale réalisée par Michael Heizer est composée de deux entailles gigantesques dans le sol. Le déplacement des 240 000 tonnes de terre et de pierres a créé une sorte d’espace négatif, là où les œuvres d’art sont habituellement créées par l’addition de matières.  En 1985, Double Negative est acquise par le musée d’Art contemporain de Los Angeles. À la demande de l’artiste, le musée ne doit entreprendre aucune conservation de son œuvre, pour que la nature puisse un jour reprendre ses droits ! 

Les créations de Christo et Jeanne-Claude

Connaissez-vous Christo et Jeanne-Claude, ce couple d’artistes emblématiques du Land art ? Ils sont champions de l’empaquetage monumental, avec leur matériau de prédilection – le tissu – qu’ils utilisent pour camoufler entièrement des monuments ou modifier de façon spectaculaire des paysages. En 1980 à Miami, ils créent Surrounded Islands : 11 îlots de la baie de Biscayne encerclées par 603 870 m2 de tissu rose fuchsia. À l’origine, ces îles étaient loin d’être paradisiaques puisqu’utilisées pour entreposer des déchets. Les Christo ont parfaitement su mettre en valeur cet archipel méprisé : le contraste saisissant entre le rose autour des îles et le bleu de l’océan était à couper le souffle !

Maison d’Eau, Nils Udo (1982)

En 1982, le poète allemand Nils Udo aligne des troncs d’épicéas de 10 mètres de haut, des branches de bouleaux attachées avec de l’osier, et il ajoute du gazon. Il laisse alors la nature créer des motifs à la surface quand, poussée par le vent, l’eau se heurte aux troncs. L’artiste, qui sait pertinemment que les plantes qu’il utilise vont finir par mourir, refuse catégoriquement toute intervention humaine par la suite. Pour garder une trace de cette beauté fragile soumise aux aléas du temps, il immortalise le tout en photo.

Nils-Udo, Maison d’eau, 1982. Mer du Nord (Allemagne)
Nils-Udo, Maison d’eau, 1982. Mer du Nord (Allemagne)

Sun Tunnels, Nancy Holt (1973-1976)

Dans le désert du Nevada, Nancy Holt installe sa première sculpture monumentale en plein air : Sun Tunnels. Avec ses quatre tuyaux en béton, de 6 mètres de long environ, c’est une œuvre gigantesque ! Les tuyaux sont disposés en X, tournés vers les quatre points cardinaux. Nancy a percé les canalisations aux extrémités, pour qu’à chaque solstice, le soleil se lève et se couche dans l’axe de deux conduites. On peut ainsi admirer toute la puissance de la lumière. Même si elle peut paraître plus solide que d’autres, cette œuvre subit aussi le passage du temps – et des visiteurs, qui laissent de nombreux graffitis.

Annual Rings, Denis Oppenheim (1968)

Denis Oppenheim est l’un des premiers artistes du Land art à utiliser la neige et la glace pour créer ses œuvres. En 1968, il trace ainsi d’immenses cercles concentriques dans la neige qui forment l’œuvre Annual Rings… dont les seules traces restantes sont ses propres photographies !

Touching North, Andy Goldsworthy (1989)

Andy Goldsworthy, grande figure du Land art, a également utilisé la neige. En 1989, il réalise quatre immenses sculptures de glace au pôle Nord. Il déclare à propos de cet environnement : « C’est un paysage en constante évolution dans lequel tout ce que je fabrique disparaîtra bientôt. » Il réalise par la suite des œuvres monumentales plus durables comme de grandes arches de grès rouge, qui se dressent au sommet des collines proche de Cairnhead en Écosse.

Andy Goldsworthy, Touching North, 1989. Pôle Nord
Andy Goldsworthy, Touching North, 1989. Pôle Nord

Pratiquer le Land art avec les enfants, c’est possible !

Il est tout à fait possible de faire du Land art en famille, c’est même une super idée d’activité à partager. Au gré de vos balades dans la nature, proposez à vos enfants de ramasser des petits éléments, pierres, bâtons, feuilles, écorces… puis proposez-leur de réaliser une œuvre éphémère. Vous pouvez par exemple composer un mandala, créer un portrait imaginaire ou encore une sculpture naturelle.

À vous de jouer !


Vous souhaitez en savoir plus sur le Land art ? 
Découvrez notre revue dédiée !

Écrit par Antoine Ullmann - Voir tous ses articles