Made in Mexico

ISBN : 9782358800242 - avril 2011

210 x 240 mm - 52 pages

DADA n°164

8,90

Les temples aztèques, les masques mayas, les tableaux de Frida Kahlo : voilà généralement ce que l’on connaît de l’art mexicain… Il s’avère pourtant beaucoup plus riche et varié, s’étoffant au fil des conquêtes pendant plus de 3 000 ans. Résultat : un art aux multiples influences, avec ses églises catholiques traditionnelles (mais en jaune et rouge vifs !) ou ses fresques révolutionnaires qui s’inspirent de celles des Amérindiens. Bienvenue dans le perpétuel mix et remix mexicain.

Acheter en librairie

Description

Au sommaire

Mayas, Olmèques, Aztèques… L’art précolombien
Suivez le guide dans les plaines et les montagnes du Mexique, pour découvrir ces civilisations disparues et leurs vestiges retrouvés !

Au temps des colons
1521 : Les troupes espagnoles ont conquis le Mexique. Elles déciment les civilisations sur place, et imposent leur religion et leur art.

Viva Mexico ! Vers un art national
Le Mexique gagne son indépendance en 1821. Le moment est venu de célébrer l’identité mexicaine, jusque dans les arts. En avant toute !

L’art et la révolution
Lorsque le Mexique entre dans une longue période révolutionnaire, les artistes vont jouer un rôle essentiel. Faites leur connaissance !

Frida, Diego et les autres
Parmi les géants de l’art moderne mexicain, Frida Kahlo est la plus connue. Mais elle n’est pas seule… Petite galerie de portraits.

Tout l’art mexicain en deux œuvres !
D’un côté, une fresque maya en l’honneur d’un roi. De l’autre, une peinture murale à la gloire du peuple. 1 000 ans d’écart, mais de nombreux points communs…

Trois Mexicains d’aujourd’hui
Toujours bien vivant, l’art mexicain remet les mythes anciens au goût du jour ou s’inspire de la société moderne. Un exemple ? En voici trois !

En quelques mots

3 000 ans séparent les temples mayas et aztèques des étranges tableaux de Frida Kahlo. Entre les deux, ne se passe-t-il vraiment rien dans l’art mexicain ? Si, évidemment : celui-ci évolue au fil des civilisations qui se succèdent. Vous découvrirez d’abord l’art amérindien. C’est celui des grands peuples comme les Mayas, les Aztèques, les Olmèques… Ils construisent d’immenses pyramides, des temples, et créent des statues colossales, des masques, des fresques. Les Espagnols, qui conquièrent le Mexique en 1521, détruisent largement ces œuvres et importent leur art. Celui-ci se mélange peu à peu à l’art ancien, et donne naissance à un art mixte. Il se développe jusqu’aux peintures murales qui accompagnent la révolution au début du 20e siècle. Depuis, le Mexique a lui aussi ses grands artistes modernes, plus ou moins liés aux mouvements européens, comme le cubisme ou le surréalisme.

Voilà pour l’histoire ! Mais surtout, vous verrez que ces civilisations s’inspirent les unes des autres. Les peuples amérindiens ont tous repris le principe de la pyramide olmèque, enrichissant ce modèle au fil des siècles. Puis cet art s’est mêlé à celui des conquérants espagnols, donnant naissance à des œuvres étonnantes. Imaginez : des églises catholiques traditionnelles, mais en jaune et rouge vifs ! Les peintres révolutionnaires de leur côté se sont emparés de l’histoire des Amérindiens et de leur technique de la fresque. Quant aux artistes contemporains, ils mélangent des motifs traditionnels, comme le crâne, à des préoccupations actuelles… C’est peut-être là que résident la richesse et la spécificité de l’art mexicain : un art qui ne cesse de réinterpréter son passé, et qui le mêle en permanence au présent.

Illustrations :
Oréli

Oréli
Née en 1979 à Bruxelles, diplômée de La Cambre (BXL) en 2005, Aurélie Henquin (aka Oréli) se découvre une passion pour l’illustration. Aujourd’hui, elle enseigne cette discipline à la haute école Albert Jacquard de Namur, mais aussi la sérigraphie à La Cambre. Oréli est illustratrice et graphiste, et travaille dans la publicité et l’édition. Depuis la naissance de son fils Otto en 2006, elle revendique le fait de travailler pour les enfants : « C’est un public difficile à convaincre, mais leur monde est tellement plus ludique et poétique que cela ouvre plus de portes à la création.» Elle baigne dans un univers joyeux, s’enrichissant au fil du temps et de ses envies. Sa fascination pour les monstres gentils et les animaux délirants est une perpétuelle exploration de ses souvenirs d’enfance.

Informations complémentaires

Poids 220 g

Dernières parutions