Abstrait !

ISBN : 9782358801119 - mars 2018

210 x 240 mm - 52 pages

DADA n°226

8,90

“L’art abstrait, on n’y comprend rien ! Des carrés, des cercles
de couleurs, des lignes mélangées… Mais qu’est-ce que cela signifie ?”

Ce n’est pas parce qu’on n’y voit rien… qu’il n’y a rien à voir  ! A travers des oeuvres de Kandinsky, Delaunay, Malevitch, Rothko, Kuapka et bien d’autres, vous allez revivre la naissance de l’abstraction au début du XXe siècle, et découvrir comment cet art nouveau n’a cessé de se réinventer depuis. Car il y a toutes sortes d’art abstrait, et cela fait plus de 100 ans qu’il nous fait vibrer. Pour peu qu’on prenne le temps de le regarder…


Acheter en librairie

Description

Au sommaire

L’art abstrait, tout le monde connaît !
Quand on entend abstraction, on pense souvent artistes d’avant-garde. Et si des peintres anciens étaient en fait les premiers abstraits ?

Vous avez dit abstrait ?
Couleurs et formes géométriques, c’est donc cela l’art abstrait ? Il ne s’agit plus de montrer le monde visible, les formes sont là pour elles-mêmes, indépendantes et spontanées.

La révolution abstraction
Le début du 20e siècle bouillonne. Partout dans le monde, des artistes inventent de nouvelles manières de créer. Un bouleversement s’annonce : l’abstraction.

On n’y voit rien !
Une révolution artistique bien trop forte pour certains, les critiques sont sévères et tout le monde crie « On n’y voit rien ! ». Pourtant on ressent tout…

Les chemins de l’abstraction
On ne nait pas abstrait, on le devient ! Focus sur le parcours de deux grands artistes abstraits : Frantisek Kupka et Henry Moore.

Dans la famille des artistes abstraits…
Peintres, sculpteurs ou bien photographes, monochromes ou géométriques : la communauté des artistes abstraits est riche et variée.

En quelques mots

« Non mais vous avez vu ça ? On n’y comprend rien à ce tableau, ce sont juste des taches de couleurs, des carrés, des cercles… Et vous appelez ça de l’art ! »
On en a tous déjà entendus, des remarques de ce type. On l’a peut-être même tous déjà pensé, ou dit… Un autre visiteur passe à proximité et se lance dans la conversation :
– « Vous pensez donc que les artistes doivent copier le monde qui nous entoure ?
– Cela me semble évident ! Des portraits, des paysages, des objets… Ça, ça procure des émotions et ça ressemble à quelque chose.
– Ces paysages reproduisent ce que les peintres avaient sous les yeux ?
– Peut-être pas exactement, les artistes donnent leur manière de voir les choses…
– Ils peuvent donc exprimer ce qu’ils voient, ce qu’ils ressentent, comme ils le veulent.
– Oui, c’est pour cela qu’il y a tant de peintures, de sculptures, de photos différentes.
– Alors, pourquoi certains artistes ne pourraient-ils pas s’exprimer avec simplement des couleurs, ou des formes géométriques ? Quels sont vos artistes préférés ?
– J’aime beaucoup les impressionnistes, les nymphéas de Monet par exemple…
– Quand ils ont montré leurs tableaux à la fin du 19e siècle, on a reproché aux impressionnistes exactement ce que vous reprochez à l’art abstrait : que c’était du barbouillage, « sans queue ni tête, ni haut ni bas » ! Est-ce que vous aimez la musique classique ?
– Oui, Mozart, Beethoven, Vivaldi…
– Et qu’est-ce que cela signifie, selon vous, la musique classique ?
– Eh bien quand j’écoute, certains morceaux me semblent intenses, d’autres calmes ; certains me rendent joyeux, d’autres tristes.
– Et pourtant, il n’y a pas de paroles, juste des notes, différents instruments… L’art abstrait, c’est la même chose : c’est un art qui n’utilise pas les formes et les couleurs pour représenter un arbre ou un visage ; mais il combine des formes et des couleurs comme des notes de musique, pour nous faire ressentir du calme, du vertige, de l’explosion…
Il y a des œuvres abstraites très différentes. Vous en aimerez peut-être certaines, et pas d’autres. Cela fait plus de 100 ans que l’art abstrait existe, donnez-lui sa chance. C’est facile : il suffit de regarder… »

Illustrations :
Gaia Stella

Gaia Stella est née en 1982 à Milan, où elle vit toujours. Elle est diplômée de l’Institut européen de design de la ville. Elle a désigné et illustré de nombreux albums en Italie et à l’étranger, notamment pour les éditions Hélium, La Joie de Lire, Mondadori… Son travail a été sélectionné et récompensé à la Biennale internationale de l’Illustration de Lisbonne (Ilustrarte) en 2014, à la Foire de Bologne en 2017 et à la Society of Illustrators de New York en 2018.

Informations complémentaires

Poids 220 g

Dernières parutions